Conseils - SHAR - Musées de Riquewihr

Aller au contenu

Menu principal

Conseils

Patrimoine bâti
 
 


Travaux de restauration
des maisons anciennes de Riquewihr

(Le texte de janvier 2008 a été modifié en février 2017)



I.  REGLES ET RECOMMANDATIONS relatives à la NATURE DES TRAVAUX

1) TRAVAUX DE TOITURE
(a) Tuiles
- A l'occasion de travaux de remaniement de toiture, partiel ou total, les tuiles mécaniques existantes   (Eguisheim et Altkirch) seront enlevées des parties de toiture concernées par lesdits travaux  ou, selon   le cas, de la totalité de la toiture ; les tuiles éliminées seront remplacées par des tuiles plates.
- Sont acceptées  les tuiles plates de type « Bieberschwanz » :
= tuiles plates de récupération : elles sont surtout recommandées pour les toitures particulièrement    visibles ; leur mise en place bénéficie d’un bonus lors du calcul de la subvention, bonus pouvant    aller, pour ce poste, jusqu’au doublement du taux de subvention ;
= tuiles plates neuves du type retenu par l’Architecte des Bâtiments de France, étant entendu que    les tuiles rouges ou engobées brunes sont interdites ;
= tuiles plates Migeon Lantenne de type Vauban ou similaire (mécaniques mais à l’aspect de tuiles    plates) après accord écrit donné par l’Architecte des Bâtiments de France, en remplacement des      tuiles mécaniques du type Eguisheim ou Altkirch enlevées ; ces travaux pourront également     bénéficier d’un taux de subvention pouvant être doublé. Avant la dépose desdites tuiles, le    propriétaire effectuera, avec la SAR, un métré préalable des surfaces concernées.
- Le propriétaire remettra à la SAR un exemplaire du même modèle de tuile utilisée qu'il aura par ailleurs   déposé à la Mairie.
  Lors de travaux effectués à la toiture ou à l’occasion de réparation de la charpente, un traitement fongicide et contre les insectes nuisibles, dont les termites, est vivement recommandé.
(b) Cheminées
 Les cheminées seront crépies sur toute la hauteur dépassant du toit et coiffées d’un chapeau style   18ème ; la garniture d’étanchéité, en zinc ou cuivre, ne dépassera pas une hauteur de 15 cm.
(c) Fenêtres de toit de type Vélux ou autres
- La pose de fenêtres de toit de type vélux ou autres  est interdite.
(d) Chiens assis - Lucarnes
En cas d’autorisation par les Bâtiments de France, la SHAR ne s’oppose pas à la mise en place de lucarnes de ce type ; elle demande cependant que celles-ci ne soient pas posées sur plusieurs niveaux et que leur nombre ne soit pas excessif, mais qu’il soit judicieusement adapté à la superficie du toit.
(e) Zinguerie
- Seul les éléments en cuivre, zinc cuivré ou zinc  sont acceptés.
- Le PVC est formellement interdit, même dans les parties non visibles.
 On veillera à limiter les descentes de gouttière en façade et on cherchera à les dissimuler dans les passages ou recoins de mur.
2) TRAVAUX EN FACADE
L’attention est portée sur les travaux de crépissage (piquage du crépi et application d’enduit), de mise en évidence et d’entretien des boiseries et des pierres de taille, sur les travaux de peinture, ainsi que sur les travaux de menuiserie extérieure.
(f) Le colombage
- Sauf raison majeure, tous les pans de bois devront rester apparents ou être découverts s’ils étaient précédemment recouverts.
- Les poutres en mauvais état sont à remplacer  non par des planches mais par des tranches de poutres anciennes.
(g) Pierres de taille
- Sauf raison majeure, toutes les pierres de taille d’encadrement de portes et de fenêtres  devront rester apparentes, ou être dégagées si elles étaient précédemment recouvertes.
- Elles sont à nettoyer à l’eau haute pression, de préférence à un sablage. Si toutefois le sablage s’avère nécessaire, il devra être fait avec précaution  en laissant le jet à une bonne distance.
- L’avis de la SHAR sera sollicité en cas de remplacement d’éléments manquants ou fortement abîmés : dans ce cas une subvention exceptionnelle peut être allouée.
- Les chaînages d’angle seront soit à dégager soit à crépir, selon les indications de la SHAR.
(h) Crépis
- Ne pas créer de saillies à proximité des arêtes des pierres de taille et des poutres : s’il doit y avoir saillies, celles-ci seront arrondies et limitées au minimum, ne dépassant pas 1 cm.
- Les murs ne doivent pas être redressés par l’application de crépi ; il faut par contre suivre les mouvements des murs.
- Les socles en ciment sont à enlever et à remplacer par du crépi, à l’identique de l’ensemble de la façade.
(i) Teinte du crépi et mise en peinture
- Le choix définitif des teintes de peinture et de crépi est fait par une commission composée par le propriétaire, le peintre, des représentants des Bâtiments de France, de la Municipalité et de la SAR.
- Un échantillon de quelques centimètres carrés dans un nuancier ne permettant pas de se faire une opinion valable, il est demandé au propriétaire de faire peindre sur un mur  une surface de un mètre carré en deux ou trois teintes ou nuances différentes  pour que la commission puisse donner son avis sur ces échantillons proposés  et arrêter  le choix.
- La commission veillera à l’association harmonieuse des teintes entre murs, volets et boiseries, ainsi qu’à l’association des teintes retenues pour les murs  avec celles des bâtiments voisins.
- Le bas des murs (pas de socle) aura la même teinte que l’ensemble des murs.
- Les portes neuves sont à peindre dans des teintes «vieilles poutres».
(j) Menuiserie extérieure
- En cas de remplacement des fenêtres, celles-ci seront toutes en bois et à croisillons.
- Si des portes, fenêtres ou volets sont remplacés et modifiés, leur dessin sera présenté à la SHAR.
- Sont interdits : les portes, fenêtres ou volets en alu ou en PVC, les volets roulants, les volets en contre-plaqué ou en aggloméré. Si l’un de ces éléments existait avant les travaux, il sera enlevé lors de la rénovation.
  En principe, le remplacement des portes, volets et fenêtres ne donne pas lieu à subvention ; cependant certains de ces éléments peuvent donner lieu à subvention, après étude et accord de la SAR.
(k) Carrelages - Pavés
- Tout carrelage visible sur les murs des façades et sur les escaliers extérieurs est interdit.
- Est interdite également l’utilisation de pierres reconstituées.
- S’il y a mise en place de pavés dans un lieu visible en permanence par le public, seul les pierres naturelles traditionnelles sont autorisées ; leur achat est susceptible d’être subventionné.
(l) Ferronnerie
- Lorsque des éléments en fer forgé sont prévus, la SHAR donnera ses recommandations et étudiera les possibilités de subvention.
(m) Boîtes aux lettres, coffrets électriques et de gaz
- En cas de travaux de façade, il est exigé de les encastrer en alignement dans le mur et de les peindre dans la même teinte que le mur ; cette intervention donne lieu à subvention.
(n) Paraboles TV - Câblage
- En cas de travaux programmés, le propriétaire devra soumettre pour avis le projet d’emplacement des antennes télé (parabole, râteau, …) ; il y aura lieu de respecter l’environnement pour le choix du coloris des paraboles.
- Une attention particulière sera apportée aux câbles d’alimentation extérieurs, électriques (EDF) ou téléphoniques, tant sur les toitures que sur les façades.

3) CAS PARTICULIERS
  .................. : sauvegarde de plafond peint, de peintures murales ou d’autres découvertes fortuites lors des travaux, réalisation de copies d’éléments sculptés manquants, nouvelles créations et transformations importantes, mise en place de pavage en pierres naturelles et de ferronnerie d’art…  


II. MODALITES PRATIQUES
1) Avant le début des travaux
a) Le propriétaire informera par lettre la SHAR de ses intentions et précisera la nature des travaux envisagés ; il y joindra les plans et les devis détaillés des différents corps de métier.
b) Après étude de ces documents, la SHAR, après concertation avec le propriétaire, donne son avis par écrit sur la nature des travaux envisagés et sur les matériaux prévus. Elle prend ensuite une décision de principe concernant l’attribution de la subvention.
  A ce stade ou au plus tard au début des travaux, la SHAR conseille de pratiquer des sondages des murs extérieurs et, selon le cas, des murs intérieurs  pour rechercher sous les crépis l’existence d’éléments à conserver.

2) Dès le début des travaux
Dès le début des travaux, ou la mise en place de l’échafaudage, le propriétaire en informera la SHAR afin de lui permettre de suivre lesdits travaux. En effet, d’éventuels éléments cachés peuvent apparaître pendant les travaux ; des modifications peuvent alors être envisagées ; même si elles paraissent mineures, ces modifications sont à décider en commun entre la SHAR, la Municipalité et le propriétaire et, selon le cas, avec les Bâtiments de France.

4) Exécution de travaux en propre régie
Les devis sont remplacés par un descriptif détaillé des travaux envisagés






Retourner au contenu | Retourner au menu